Retour en Europe imminent

Nous avons savouré nos dernières journées à Buenos Aires et apprécié ses curiosités et spécificités. Nous avons admiré des danseurs de tango dans les rues de San Telmo et assisté à un match de polo à Palermo : nous ne pouvions pas manquer cela, puisque les Argentins sont les champions dans ce sport.

Nous avons dégusté notre dernier steack et notre dernière crème glacée, tous deux d’une qualité irréprochable et pour un prix impensable en Europe.

Nous sommes également allés visiter une institution de microfinance, et avons accompagné Amanda, chargée de crédit, pendant une matinée dans son travail quotidien. Elle nous a emmené rendre visite à des micro-entrepreneurs dans des quartiers de la capitale argentine où aucun touriste ne s’aventure à cause du danger (même les visites de microfinance se font à 2 personnes minimum). Ce sont ces quartiers qu’on appelle favelas au Brésil et villas en Argentine. Des villes dans la ville : à quelques centaines de mètres de là, les rues sont rectilignes et goudronnées. Ici, les passages ou ruelles sont sinueux, la lumière faible, les portes et fenêtre grillagées, les habitations construites de bric et de broc, les ordures partout… Amanda sait où elle va. Nous la suivons de près dans ce labyrinthe alors qu’elle salue au passage quelques personnes. Nous rencontrons Lorenza qui fabrique des jeans dans une pièce à côté de sa cuisine. Elle les vend sur les marchés alentours et a sa propre marque. Elle déborde de fierté lorsque nous lui demandons si nous pouvons la prendre en photo. Nous rencontrons plusieurs micro-entrepreneurs du même type qui confectionnent des vêtements dans leur minuscule appartement et travaillent toute la journée 7 jours sur 7 pour essayer de s’en sortir. Bien loin des clichés que l’on peut avoir des personnes vivant dans ces bidonvilles…

Vous vous rappelez peut être de cet article intitulé « Le grand départ » que nous avons mis sur le blog le 9 juin 2008, il y a maintenant plus de 21 mois:

Le grand départ

Les sacoches sont bouclées ...

Les vélos sont chargés ...

Le gaz pour le réchaud est enfin acheté ... (nous l'avions oublié celui-là!)

Fin prêts à commencer notre grande aventure!

Nous pourrions presque écrire le même aujourd’hui!

Les sacoches sont rangées, les vélos dans leurs boites en carton, la bouteille d’essence pour le réchaud est vide.

Nous sommes fin prêts à rentrer en Europe pour continuer notre grande aventure!

A bientôt depuis Madrid!

[Drapeau de Argentine Sara et Sébastien | Le 20-03-2010 17:54 | 3 commentaires]

Repos, vacances? Jamais!

Ces derniers jours, nous avons encore passé beaucoup de temps dans les bus… 16h entre Iguazu et Florianopolis, 22h entre Florianopolis et Montevideo avec une petite pause à Porto Alegre, et encore quelques heures pour des déplacements locaux et pour revenir à Buenos Aires où nous sommes maintenant pour quelques jours. Ouf!

A Florianopolis, au Brésil, nous avons séjourné chez Ana et André, membres du réseau warmshowers, qui nous ont merveilleusement bien reçus et guidés sur les lieux à visiter autour de chez eux. Pour être plus efficaces dans notre visite de l’île, nous avons loué un scooter et nous sommes bien amusés! Nous avons pu nous déplacer facilement de plage en plage (l’eau et les vagues étaient parfaites) et d’un point de vue à un autre. Cette solution n’étant pas la meilleure pour l’environnement, nous n’avions pas la conscience tranquille et pour nous rattraper, nous avons bien pris des notes en écoutant et observant comment Ana et André fabriquent du papier recyclé à la maison, et fabriquent toutes sortes d’objets utiles à base de matériaux récupérés. Ils conçoivent (Ana est dessinatrice de mode), fabriquent et commercialisent via leur site internet (www.pedarilhos.com.br) des T-shirts en recyclant des bouteilles plastiques. Ils ont invité leur ami Duan et à eux trois nous ont beaucoup questionné sur notre voyage à vélo. Et pour cause : ils préparent un grand voyage à vélo en Amérique Latine. Nous avons partagé de bons moments en leur compagnie et les remercions.

Nous n’avons passé que 4 jours en Uruguay, à notre grand regret. Suzan, Doug et Jessie nous avaient déjà accueillis dans leur maison au Mexique. Ils ont déménagé en Uruguay et nous ont de nouveau accueillis dans leur nouvelle maison, autour d’asados (barbecue) très conviviaux! Du peu que nous en ayons vu, le pays semble très attrayant. Nous avons apprécié sa quiétude et sa tranquillité. Est-ce dû au maté que les uruguayens boivent durant toute la journée?

Pendant ces 2 semaines, nous aurions pu nous reposer et prendre du bon temps. Ce ne fut pas le cas! Tous les jours, nous avons passé plusieurs heures sur l’ordinateur à trier nos photos prises durant ces 21 derniers mois. Et croyez-nous, ce n’est pas chose facile que d’extraire les 30 ou 40 meilleures photos du voyage parmi plus de 40.000! Nous préparons également les conférences auxquelles nous allons participer sur notre chemin du retour.

Plus que quelques jours sur les continents américains… Entre impatience de retrouver nos proches, mélancolie et nostalgie à la vue des photos que nous trions, nous sommes très enthousiastes à l’idée de rentrer en pédalant, mais aussi tristes de laisser derrière nous tant de bons souvenirs d’une vie simple mais tellement enrichissante.

PS: Nous avons du retard dans la mise en ligne des dernières photos... Encore un peu de patience, elles vont arriver!

[Drapeau de Argentine Sebastien | Le 15-03-2010 20:57 | 5 commentaires]

Que de contrastes!

Nous avons quitté la Terre de Feu une polaire sur le dos et aurions bien aimé quitter notre t-shirt en arrivant à Buenos Aires! Le transport des vélos s’est merveilleusement bien passé: il faut le mentionner. Comme une lettre à la poste sans payer aucun supplément.

Après la hospitalité débordante d’Anibal en Terre de Feu, c’est Ezequiel et Liesje qui nous ont bien accueillis à Buenos Aires et ont accepté de garder nos vélos pendant notre "petite" escapade.

Après 13 heures de bus avec services (repas du soir avec whisky en apéro et mousseux en dessert, petit déjeuner et siège confortable totalement inclinable), nous sommes arrivés à Posadas sous une chaleur et une humidité accablantes. Posadas est le point de départ pour la visite des missions jésuites en Argentine et au Paraguay. Une petite excursion au Paraguay pour visiter une mission, et ce fut un nouveau pays de plus sur notre longue liste!

Nous sommes maintenant dans la Province de Missiones, là où est produite la majeure partie de l'herbe à maté que consomment les Argentins en grande quantité, tout au long de la journée.

Puis un petit saut de 4 heures en bus pour arriver à Puerto Iguazu, le village à proximité des Chutes de Iguazu. Ces chutes font la frontière entre Brésil et Argentine. Nous avons décidé de rester du côté argentin où les prix pour les hébergements sont moins onéreux. Le droit d’entrée nous a fait grimacer: nous payons encore plus de 3 fois plus cher qu’un Argentin… Encore une discrimination envers les étrangers… La raisons? "Ben vous, vous avez l’Euro. Comme 1 Euro ça fait 5 pesos argentins, vous pouvez payer 5 fois plus que nous" (Tous les Argentins que nous croisons tiennent le même discours… sic!). Ah bon, si c’est comme ça qu’il faut penser… grrr!!!  Les chutes sont vraiment spectaculaires, bien mises en valeur et valent le détour. Du côté argentin, de nombreuses passerelles permettent de s’approcher de ces chutes, de recevoir des embruns, ce qui rafraîchit un peu: ici, les températures sont autour de 35°C avec un fort taux d’humidité. Nous avons hésité à visiter le côté brésilien, mais finalement nous se serons pas déçus : une passerelle juste au dessus des chutes nous trempera jusqu’aux os, mais nous pouvons apprécier totalement la puissance de ces cascades. A nouveau, comme au glacier Perito Moreno ou aux côtés des volcans actifs que nous avons approchés, nous nous sommes sentis tous petits face à la nature.

La prochaine étape: Florianopolis (Brésil, au bord de l'Atlantique), un "petit" saut de 14 heures de bus à nouveau!

Vous vous demandez peut être: Oui oui, nos vélos nous manquent énormément… Nous préférons de loin voyager en vélo car nous pouvons prendre le temps et nous adapter. Ces "petits" bonds en bus ne le permettent pas du tout, nous font "sauter" de ville en ville sans pouvoir découvrir et apprécier les paysages et les habitants le long du chemin.

[Drapeau de Argentine Sara et Sébastien | Le 07-03-2010 13:46 | 4 commentaires]

Une pensée pour nos amis du Chili

Comme vous l’avez entendu et vu aux nouvelles internationales, le Chili a été touché par un grand tremblement de terre la nuit de vendredi à samedi. Nous étions alors en Argentine, loin du séisme.

Nous avons eu des nouvelles de Heather, Vanina et sa famille qui sont dans la région de Valparaiso et Vina del Mar: les dégâts sont moindres par rapport à ce que les régions plus au sud ont subi. Nous n’avons par contre toujours pas de nouvelles de Seth et Kirsten, le couple qui nous avait accueillis lors de notre passage à Santiago… Nous espérons qu’ils vont tous bien, ainsi que leurs familles et amis.

Nous avons vu qu’une belle tempête balaie en ce moment la France. Bon courage à ceux qui doivent faire face aux caprices de notre belle planète…

De notre côté, nous sommes maintenant à Buenos Aires où il fait très chaud et lourd. Le changement avec la Terre de Feu au niveau température est énorme et nos corps ont du mal à s’ajuster!

Nous organisons notre tour en bus pour les 2 semaines à venir avec au programme: missions Jésuites, les Chutes d’Iguazu, le sud du Brésil avec Florianapolis et l’Uruguay. Bien entendu, ce sera hors du cadre de l’Association Planète Durable et Solidaire.

Ce n’est pas parce que nous avons atteint Ushuaia que nous ne mettrons plus de nouvelles sur ce site. Nos aventures continuent avec notre escapade en bus, la microfinance à Buenos Aires et un retour en France en vélo depuis Madrid (Espagne), que nous partagerons avec vous, aussi souvent que possible, comme ce fut le cas pendant les 20 derniers mois.

[Drapeau de Argentine Sara | Le 28-02-2010 16:22 | 2 commentaires]

Champagne!

Lorsque nous avons quitté Rio Grande après quelques jours de confort chez Anibal, nous savions que cela serait la dernière ligne droite, celle qui nous mènerait à Ushuaia. Nous sommes partis tard le temps de nous organiser et surtout de dormir un peu: le rythme argentin est quelque peu différent du notre… le repas du soir est très souvent vers 22h ou plus tard… A la sortie de la ville, nous rencontrons un couple de Français, avec un chien. Leur projet? Rallier Ushuaia à Lima (Pérou) à pied! Leur projet nous semble tout aussi fou que le notre pour eux!

Nous n’avons fait qu’une quarantaine de kilomètres, entourés de pluie de toutes parts, mais nous n’avons reçu que quelques gouttes. Le soir, nous avons demandé l’hospitalité à une estancia assez touristique. Nous savions qu’ils mettent à disposition une petite maison pour les voyageurs de passage, comme nous, sans frais. Rien d’officiel. Comme d’habitude nous demandons où nous pouvons camper, ils nous répondent qu’il est impossible de camper ici, et nous dirigent vers ce bâtiment. Il est surtout utilisé par les travailleurs saisonniers, sans confort, mais au moins, nous avons un toit pour nous abriter de la pluie. Juste à côté, la petite hutte est la réserve de viande pour les chiens de berger : une odeur de viande en décomposition assez forte  s’en dégage!

Le jour suivant, nous rallions Tolhuin malgré le fort vent de face, où nous n’aurons pas la chance de profiter de l’hospitalité du boulanger: il accueille tout vélo sacoche qui passe par le village et met à disposition une chambre. Non non, nous passons notre chemin et retrouvons Anibal qui nous offre la nuit dans une cabana bien chaude, toute équipée! Il a tenu à passer la soirée avec nous et nous prépare un "asado" (barbecue argentin): 500g de viande par personne, c’est ce qu’il faut prévoir. Puis la viande doit cuire petit à petit au dessus des braises. L’opération nous fera manger à pas loin de minuit ! Mais qu’est ce qu’elle est bonne cette viande argentine!!

Nous continuons notre route… Ushuaia n’est plus qu’à une centaine de kilomètres. Nous pédalons, ce n’est pas très compliqué. Nous nous arrêtons au Lago Escondido et trouvons un bel endroit pour bivouaquer. En cherchant un peu, nous plantons notre tente au bord du lac, dans la forêt. Nous faisons même un feu de camp et regrettons de ne pas avoir un bout de viande à faire griller! Nous prenons notre temps, nous profitons, nous regardons les truites sauter et faire des ronds dans le lac (Sébastien aimerait bien pêcher, mais il est déjà tard). C’est après la visite d’un renard, que nous nous mettons dans nos duvets.

Ce matin, le réveil sonne, mais nous n’avons pas vraiment envie de nous lever, nous trainons dans nos duvets. Nous savons bien que c’est notre dernier jour, mais nous ne réalisons pas. Nous voulions partir avant 10h, mais nous sommes d’une lenteur exceptionnelle pour ranger et pour déjeuner, comme pour savourer encore plus ce moment. Nous traversons une dernière fois les Andes: un col à 400m d’altitude cette fois-ci ! Nous montons rapidement sous les encouragements des automobilistes et motards. Cela nous donne des frissons. Nous déjeunons à l’abri des arbres: oui oui, il pleut pour notre dernier jour de pédalage… Quelque kilomètres avant l’arrivée, Heather passe devant avec notre caméscope pour filmer notre arrivée. C’est à ce moment là qu’avec Sébastien nous nous regardons. Les larmes ne sont pas loin… En ce dimanche 21 février 2010 à 16h48, nous arrivons à cette pancarte annonçant l’entrée de la ville, cette pancarte vue sur de nombreux site Internet de voyageurs. Les larmes me coulent sur les joue: des larmes de joie, des larmes de tristesse, des larmes d’accomplissement. Sébastien a les yeux rougis aussi. Oui, nous l’avons fait! Oui, nous avons conquis les Amériques sur nos vélos, à la force de notre volonté et de nos mollets!

Heather sort alors le mousseux qu’elle garde caché dans ses sacoches depuis Rio Grande. Je voulais cacher une bouteille pour marquer l’évènement, mais c’était difficile à faire puisque Sébastien a accès à toutes mes sacoches. Lorsque j’en avais parlé à Heather, spontanément elle a proposé de la cacher dans les siennes. Sébastien n’en revient pas!

Nous trinquons, nous prenons 1001 photos, nous nous félicitons, nous sommes heureux et fiers de nous! Et nous pensons aussi à toutes ces personnes qui nous ont aidés, encouragés par quelconque moyen, pédalé avec nous, offert un petit bout de leur temps, ouvert leur maison et leur cœur… La liste est longue et nous voulons leur dire "MERCI"!

Et maintenant?

Nous allons prendre quelques jours de repos à Ushuaia, à la découverte de cette ville mystérieuse dont le nom évoque le rêve de beaucoup de vélo-sacoches. Puis nous nous envolerons pour Buenos Aires où nous passerons 3 semaines dans la capitale et dans les environs. Puis ce sera direction Madrid pour notre "Tour de France" avec les retrouvailles avec nos familles et amis qui nous attendent impatiemment, et quelques conférences pour partager cette aventure inoubliable. Encore bien des aventures en perspectives!

.

[Drapeau de Argentine Sara | Le 21-02-2010 23:54 | 17 commentaires]

Pages

1 2 3 4 5 6 ... 30 31 32 33